Portrait Diane THALHEIMER KRIEF HDDIANE THALHEIMER KRIEF, Olfactif Profiler et Fondatrice de Red Berry

Sa collection est conceptuelle et abstraite, avec une forte présence de volumes, de matières, d’installations et de photos.

Pourquoi collectionner & comment l’art nourrit votre vie professionnelle ?

« J’ai commencé à acquérir des œuvres d’art, il y a une vingtaine d’années sans penser devenir un jour collectionneuse. Mon engouement pour les artistes a beaucoup évolué avec le temps, rejetant peu à peu l’esthétique pure pour des installations plus audacieuses et parfois controversées. Au final, un “fil rouge” est apparu et souvent les tableaux ou installations que je possède se répondent. J’ai un intérêt profond pour les créations qui nécessitent un décodage, à travers lesquelles les artistes transmettent un message puissant, sombre ou violent. Collectionner sans accumuler fait désormais partie de ma vie quotidienne; je me documente énormément (livres, catalogues, web), je visite les expositions, les galeries. Dans mon métier, j’imagine des scénarios autour d’univers olfactifs; j’ai besoin de me renouveler sans cesse, de trouver l’inspiration et cette curiosité artistique me nourrit. »

Œuvre choisie : «Titled (Art as idea as idea), 1967 de Joseph Kosuth.” « Ma dernière acquisition – souvent ma préférée ou la plus percutante par rapport au reste de ma collection. Il s’agit là de la définition du mot “Red”, écrite en blanc sur fond noir, avec un mélange de français et d’anglais. Pour moi, ce tableau a une double résonnance : d’une part, il est emblématique de la devise de Kosuth, “art as art”, où l’artiste affirme que l’art est langage et relève du domaine des idées, ce qui est en lien direct avec mes recherches sur le langage des odeurs. D’autre part, il m’est apparu comme un “signe” car son texte mentionne le mot “red-berried”, comme un clin d’œil au nom de ma société. »

Premier choc artistique : « Je devais avoir dix ans, dans un musée de Carcassonne. Nous visitions en famille un musée et je suis tombée en arrêt devant un dessin ancien représentant un cerf qui m’a captivée. J’ai sorti mon carnet de croquis – je dessinais beaucoup – et j’ai passé l’heure de la visite à le dessiner. »

Première œuvre achetée : “Un objet de design dans les années 1990, une petite table en bronze, sculptée comme un jardin imaginaire et réalisée par un artiste devenu depuis un ami, Hubert Le Gall. Une émotion esthétique et poétique à la fois mais également un objet très utile. Un vrai coup de coeur que j’aime toujours autant!”

Une œuvre particulière : Deux photographies de Gregor Hildebrandt. « J’ai eu un véritable enthousiasme pour le travail de cet artiste allemand et son univers très particulier, inspiré par le cinéma et la musique, et un coup de coeur pour une magnifique photographie de Greta Garbo entourée de papillons. J’ai également eu la chance de le rencontrer et nos échanges m’ont beaucoup touchée. Je rêvais d’une de ses photos de Romy Schneider, mais la série était épuisée. Nous en avons longuement discuté… Un an après, quelle surprise quand son agent me contacta pour m’annoncer qu’une photo de Romy était prête, spécialement pour moi ! Ma Romy est assise sur le sol, douce et pensive, secrète… Une merveille! »

Interview par Valéry De Buchet