Portrait Valérie Bernard HDVALERIE BERNARD, directrice et rédactrice en chef de Giraf Prod.


Collectionne l’art engagé depuis une dizaine d’années, avec un faible pour Sigalit Landau.

Pourquoi collectionner & comment l’art nourrit votre vie professionnelle ?

« J’ai commencé par essayer de comprendre cet univers, pour éduquer mon œil et ma culture avant de me lancer. Je produis des documentaires et des reportages engagés qui décryptent le monde actuel; il m’a semblé tout naturel de tirer ce même fil pour ma collection. Une collection, c’est un peu comme si l’on écrivait son propre livre, c’est très révélateur de chacun… Autant dans ma vie professionnelle nous suivons les faits, la réalité du terrain, autant les artistes dénoncent les injustices, à leur manière; leur travail est plus subtil, plus intellectuel ou poétique. Cela me donne un éclairage décalé sur un sujet que nous pourrions traiter. J’ai besoin de me nourrir autrement que dans le dur, le factuel, le concret. J’ai besoin de leur regard. »

 Œuvre choisie : « Varsovie » de Michael Wilkinson. 

« Un des volets, avec Rome et New York, d’un triptyque sur mai 68. C’est un travail sur l’engagement politique, la résistance. La toile est rouge pour le sang qui coule. On y voit une toute petite photo des manifestations de l’époque, également un trou dans la toile de même taille que la photo et une corde le long de la toile. »

Premier choc artistique : « Les Demoiselles d’Avignon » de Picasso. J’étais adolescente, un âge où le cubisme m’échappait complètement mais cette œuvre m’a intriguée, je m’y suis intéressée et j’ai découvert sa portée révolutionnaire. »

Première œuvre achetée : « Une photo de David Seidner, un triptyque avec trois femmes aux yeux bandés, de trois façons différentes. J’aime l’ambiguïté de ces regards. »

 Dernière œuvre achetée : « Das Lied in der Landschaft wahrnehmend » de Gregor Hildebrandt.

« Sur une photo de Romy Schneider, il a collé des bandes vidéo des scènes de la chanson d’Hélène, dans le film de Claude Sautet « Les Choses de la vie ». Je suis très cinéphile… »

Interview par Valéry De Buchet