Portrait Isabelle CapronHDISABELLE CAPRON, Vice présidente, Icicle Shanghai Fashion Group.                                                 

Collectionne depuis vingt-cinq ans, en suivant ses coups de cœur. Privilégie l’abstraction.

Pourquoi collectionner & comment l’art nourrit votre vie professionnelle ?

« J’ai grandi dans une famille sensible à l’art, la musique. J’ai commencé vers 30 ans, sans stratégie, par plaisir. Je m’offre une œuvre comme une gratification, comme une récompense. C’est une échappatoire qui me nourrit plus que je ne l’aurais imaginé. Je réalise que lorsque je me suis occupée de Fauchon, l’art et la couleur ont joué leur rôle… Dans les domaines créatifs où je travaille, il faut être imprégné pour pouvoir exprimer sa propre créativité. »

Œuvre choisie : « Black Energy » (2007) de David Malek. J’ai été captivée par ce tableau. Il dégage un caractère vital, brûlant, comme un feu intérieur à travers sa géométrie de laque sur bois. C’est un foyer qui irradie. »

Premier choc artistique : « Rothko, lors de l’exposition au Musée d’Art Moderne, je devais avoir dix ans. J’ai été impressionnée par le pouvoir de la couleur, le côté hypnotique de son œuvre et par la puissance de l’abstraction. Une véritable émotion de jeunesse. Et mon père collectionnait en amateur les lithos de Vasarely, ce qui m’a initié à la géométrie et à l’op art. Ce sont deux éléments fondateurs de ma sensibilité. »

Première œuvre achetée : « Kapriss N°4 », d’Antoine Perrot. Une œuvre radicale, minimale, en six éléments, où le plomb répond à l’acrylique. Ce fut un choc immédiat pour moi, à la FIAC 1991. J’avais 30 ans, je l’ai acheté seule et depuis, j’ai continué ainsi. »

Dernière oeuvre achetée : «Sans titre », 2010, de Pierre Schwerzmann. Une grande toile abstraite, à la peinture photoluminescente. L’abstraction est pour moi un espace de liberté. »

Interview par Valéry De Buchet